Home » Travailler dans l'immobilier » Immobilier : 5 signes qui montrent que vous êtes prêt à monter votre business 

Immobilier : 5 signes qui montrent que vous êtes prêt à monter votre business 

On décide rarement de monter son business du jour au lendemain. Peu de nouveaux entrepreneurs se sont réveillés un matin avec une idée de génie et leur business plan tout prêt. Mûrir un projet de création d’entreprise demande souvent du temps pour trouver le bon secteur d’activité, en étudier la faisabilité, ou encore se renseigner sur les formalités de création. Mais un jour, il faut bien se lancer ! Et si ce jour était arrivé ?

Vous vous intéressez à l’immobilier ? Peut-être est-ce même une passion pour vous ? Pour vous lancer simplement dans ce secteur, vous pouvez créer une micro-entreprise. En effet, cette forme juridique offre une grande simplicité de création et de fonctionnement. Il est facile de débuter une activité indépendante dans l’immobilier avec ce régime simplifié.

Le secteur de l’immobilier, toujours très dynamique y compris en temps de crise, se révèle même particulièrement attractif pour les auto-entrepreneurs.

Alors, êtes-vous (vraiment) prêt à vous lancer ?

1. Vous savez travailler en autonomie

Finis la hiérarchie et les managers ! Monter son affaire c’est être le seul maître à bord. L’idée vous plaît mais disposez-vous des qualités indispensables de proactivité et d’autonomie nécessaires pour devenir entrepreneur ? Pour démarrer une activité indépendante, vous devez pouvoir vous organiser seul, ce qui implique de savoir prendre naturellement des initiatives.

Si cette liberté ne vous fait pas peur, si vous savez faire preuve d’auto-discipline, si organiser votre emploi du temps en fonction de vos clients et de vos propres contraintes est une source de motivation, vous êtes peut-être fait pour la création d’entreprise !

Les différents métiers de l’immobilier, comme l’agent commercial, se prêtent parfaitement à l’exercice en auto-entreprise. Notez bien que ce métier ne peut être exercé sous la forme d’une société.La réglementation immobilière n’autorise pas l’exercice de l’activité d’agent commercial sous le statut de personne morale. Les conseillers ne peuvent exercer leur métier que sous le statut d’agent commercial personne physique. Ainsi, deux statuts juridiques s’offrent aux agents commerciaux en immobilier : l’entreprise individuelle (EI) ou l’auto-entreprise (AE). Or, le statut d’auto-entrepreneur offre une grande simplicité de création et de fonctionnement ainsi qu’un régime social et fiscal simplifié, ce qui est idéal pour démarrer votre activité entrepreneuriale

Organisation des visites de biens, rencontre des clients et prospects, ou encore gestion des tâches administratives : vous priorisez vos activités comme vous l’entendez ! C’est vous le patron, et à ce titre, vous gérez votre entreprise en toute liberté.

2. Vous avez de l’expérience dans l’immobilier

Le secteur de l’immobilier est régi par une réglementation complexe et nécessite de solides connaissances. Créer son entreprise dans le domaine de l’immobilier demande des compétences indispensables comme :

  • la connaissance pointue du marché de l’immobilier, notamment dans le périmètre dans lequel vous envisagez d’exercer, ceci afin de détecter efficacement les opportunités ;
       
  • la maîtrise des différentes réglementations en termes d’immobilier ;
       
  • la connaissance de l’ensemble des processus (achat, location etc.).

Ensuite, s’agissant d’un métier de réseau, des qualités relationnelles sont indispensables pour prendre contact avec vos potentiels clients et détecter ainsi les meilleures opportunités.

C’est pour toutes ces raisons qu’une expérience préalable dans l’immobilier est un avantage sérieux. Vos connaissances du métier et votre réseau sont autant d’atouts pour que votre auto-entreprise connaisse rapidement le succès.

Toutefois, sachez qu’aucun diplôme spécifique ni aucune expérience n’est obligatoire pour créer son auto-entreprise dans l’immobilier. Pour couronner votre projet de succès, vous pouvez tout à fait rejoindre un réseau de mandataires immobiliers qui vous garantira une solide formation et un accompagnement au quotidien. Tout ce qu’il vous faudra c’est une véritable motivation et l‘envie de réussir !

De plus, depuis la loi ALUR de 2014, tous les professionnels de l’immobilier doivent obligatoirement suivre une formation annuelle de 14h ou de 42h durant trois années d’exercice consécutives, ceci afin de maintenir un haut niveau de professionnalisation.

3. Vous avez le sens de l’écoute

Tout professionnel de l’immobilier possède nécessairement un excellent relationnel. Il n’hésitera pas à s’investir dans la vie de quartier de son périmètre d’exercice afin de lier connaissance avec les habitants. C’est une excellente manière de nouer des relations avec de futurs clients et de détecter des opportunités de mandat.

Pour réussir, vous devez donc impérativement aimer le contact. Cette aisance relationnelle doit faire partie de votre tempérament. Écouter les besoins des prospects, mettre à l’aise vos interlocuteurs, gagner leur confiance : vous avez ça dans le sang ! De plus, vous connaissez les techniques de négociation, convaincre et persuader est une seconde nature chez vous.

Mais attention. Si être un fin négociateur est indispensable, veillez à toujours suivre la déontologie de la profession et à inspirer la confiance à vos interlocuteurs. La pérennité de votre entreprise est à ce prix !

4. Vous aimez être flexible dans vos horaires de travail

En tant qu’auto-entrepreneur, vous n’êtes pas contraint aux horaires habituels d’une agence immobilière. Une véritable chance de pouvoir organiser votre temps de travail comme vous l’entendez !

Pour réussir, une grande flexibilité dans les horaires de travail reste néanmoins de rigueur. En effet, il est impératif de vous rendre disponible lorsque vos clients le sont. Cela demande d’adapter votre emploi du temps non seulement à vos contraintes personnelles mais à celles de vos prospects et clients.

Afin de mettre toutes les chances de votre côté et de ne pas rater d’opportunités, il sera parfois nécessaire de travailler en horaires décalés, c’est-à-dire en dehors des horaires de travail de vos potentiels acquéreurs, notamment pour organiser les visites de biens. Si vous êtes à même de vous dégager du temps en fin de journée ainsi que le week-end, vous maximiserez vos chances de réussite. Vous pourrez garder du temps en journée pour les démarches administratives ou toute tâche pouvant être effectuée à distance.

Votre disponibilité sera nécessairement récompensée !

5. Vous connaissez les démarches à entreprendre

Toutefois, que vous souhaitiez devenir conseiller immobilier, agent commercial en immobilier ou encore mandataire en immobilier, il est obligatoire d’accomplir quelques démarches supplémentaires avant de créer votre micro-entreprise.  

Conclure un contrat de mandant

Il n’est pas particulièrement compliqué de créer son auto-entreprise dans le domaine de l’immobilier, les formalités diffèrent assez peu des autres secteurs.

Agissant en tant que mandataire pour un tiers, vous devez d’abord trouver votre client avant de pouvoir demander l’immatriculation de votre auto-entreprise. Le mandant est obligatoirement un professionnel titulaire de la carte T, à savoir un une agence immobilière ou un réseau de mandataires.

Une fois votre client trouvé, vous pouvez signer le contrat de mandant comprenant un certain nombre de clauses obligatoires (description du type de produits ou de services à vendre, la durée du contrat et son périmètre géographique, le mode de calcul de la rémunération etc.). 

Obtenir votre carte blanche de négociateur

Une fois votre mandat signé, vous devez renseigner une attestation d’habilitation. Celle-ci sera transmise, par votre client, à la Chambre de Commerce et d’Industrie de votre département en lettre recommandée avec accusation de réception.

Cette attestation permet de justifier de votre habilitation à négocier et à vous engager pour le compte de votre client. 

A cette demande vous devez joindre plusieurs documents complémentaires : une photocopie de votre carte nationale d’identité, un extrait de casier judiciaire si vous n’êtes pas de nationalité française ainsi qu’une attestation de Responsabilité Civile Professionnelle.

Souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle.

Pour exercer en tant qu’auto-entrepreneur dans l’immobilier, vous êtes dans l’obligation de souscrire à une assurance Responsabilité Civile Professionnelle. La souscription à une RC Pro conditionne l’obtention de la carte blanche immobilier, veillez à effectuer cette demande en amont de votre création d’entreprise.

La RC Pro a pour vocation de vous couvrir en cas de préjudice causé à vos clients et vous assure une protection juridique, notamment en cas de litige. Compte-tenu de la complexité de la réglementation dans le domaine immobilier, cette police d’assurance est indispensable.

Inscription au Registre spécial des agents commerciaux (RSAC)

Enfin, pour exercer un métier de l’immobilier en tant qu’auto-entrepreneur, vous devez satisfaire à une dernière formalité : vous inscrire au Registre Spécial des Agents Commerciaux (RSAC) tenu par le Greffe du tribunal de commerce de votre département. Il vous en coûtera en moyenne 20€.

Vous effectuerez en parallèle votre déclaration d’activité auprès du CFE dont vous dépendez. L’inscription au registre spécial des agents commerciaux donne lieu à l’attribution d’un numéro d’immatriculation. 

Nous attirons votre attention sur le fait qu’il n’est pas possible de devenir agent immobilier en auto-entreprise.

Vous êtes autonome, flexible, avez de l’expérience en immobilier ou la soif d’apprendre, le sens de l’écoute, et, enfin, les formalités de création d’auto-entreprise ne vous effraient pas le moins du monde ?

Voici 5 signes qui ne trompent pas … il semblerait bien que le temps soit venu d’envisager sérieusement de vous lancer en auto-entrepreneur dans l’immobilier !

Sources :

Ne manquez aucun article grâce à notre newsletter